Nous pouvons tous être boycottant

toto
Les frères Acar de I-Buycott

Lancée par deux frères originaires de Saint-Chamond, dans la Loire, l’association I-Buycott permet, entre autre, aux citoyens de mener des campagnes de boycott contre des marques ou des produits non éthiques. Entretien avec le co-fondateur et chargé de projet Bulent Acar.

 Comment est né le projet d’I-buycott ?
Bulent Acar :
En 2015, une pétition contre le Traité de libre-échange transatlantique a été complètement ignorée par le Parlement européen. Du coup, mon frère Levent et moi avons décidé d’amener sur la scène militante et associative un outil utilisé par les citoyens qui soit à la fois considéré et efficace.

Mais le boycott existait déjà, notamment à l’étranger !
Dans les pays anglo-saxons, oui, mais en France le boycott avait un peu mauvaise presse. Les associations ne l’utilisaient pas forcément. On a lancé un crowdfunding pour financer cette initiative et cela a très bien fonctionné, avec 513 contributeurs. La consommation concerne tout le monde. Nous pouvons tous être boycottant.

Avez-vous bénéficié d’autres soutiens, en plus du financement participatif ?
La pépinière d’initiatives citoyennes Anciela, installée dans le 7e arrondissement de Lyon, nous a beaucoup aidés. Nous avons aussi eu beaucoup de relais médiatiques, ainsi que sur Facebook, via des pages alternatives type ‘La Relève et la Peste’ ou ‘Mr Mondialisation’. Aujourd’hui nous sommes trois salariés et une centaine de bénévoles répartis sur plusieurs antennes en France.

Qui peut lancer les campagnes de boycott sur votre plateforme ?
Les associations et les citoyens. Dans le premier cas, elles sont publiées directement. Dans le deuxième, elles passent par une étape d’incubation : en un mois elles doivent atteindre 1000 boycottants. C’est un garde-fou qui permet de sélectionner, de filtrer, et ce sont les citoyens qui s’en occupent directement.

Ces campagnes ont-elles des résultats concrets ?
Oui. Nous voulions d’emblée mener ces campagnes dans le dialogue, en accordant un droit de réponse aux entreprises. Huit d’entre elles ont pris des engagements, pour convaincre la majorité des boycottants. Exemple : le groupe Panzani a récemment réussi à lever la campagne de boycott à son encontre au sujet de l’élevage de poules en batterie. Ils ont fait une réponse commune avec l’association L214 qui dénonce la maltraitance des animaux d’élevage. Avant, il y avait aussi eu Philips, Oasis, Joué Club, Petit Navire… Concernant ce dernier, Greenpeace a reconnu que la campagne I-buycott avait mis une réelle pression sur le groupe.

La plateforme propose aussi du ‘buycott’. En quoi cela consiste-il ?
Dénoncer sans proposer n’est pas très intéressant. Nous tenions donc à mettre en avant des alternatives d’entreprises ayant les mêmes valeurs que nous, pour les aider à se développer. Nous valorisons celles qui sont plébiscitées par les citoyens sur la plateforme, en leur remettant chaque année le ‘Label Buycott’, au Palais Hirsch, le grand amphithéâtre de l’Université Lyon 2. Nous avons également mis en place le programme Coethic, dont l’objectif est de réunir consommateurs et responsables d’entreprise pour répondre à des problématiques d’intérêt général. Nous travaillons actuellement là-dessus avec Biocoop.

Quels sont vos prochains projets pour le développement de l’association ?
Déjà, nous avons lancé l’application BuyOrNot. C’est un peu dans l’esprit de Yuka, puisque l’on donne l’impact santé des produits, mais nous ajoutons l’impact environnemental et sociétal à partir des campagnes de boycott. Par exemple, en scannant un jus Innocent, vous apprenez que cette marque appartient à Coca-Cola et vous découvrez les campagnes qui concernent ce groupe américain, sur le plastique, ou sur la problématique de l’eau, en Inde, au Mexique, etc… Nous avons aussi lancé une émission web par mois. La prochaine concerne Starbucks et la question de l’optimisation fiscale. Nous allons organiser une action de rue pour les obligés de venir discuter avec nous. Enfin, en 2020, nous souhaitons nous internationaliser en traduisant la plateforme en anglais.

 

 

HORS-SERIE

VERSION
NUMERIQUE
Journaux.fr
COMMANDER

ABONNEMENT
Directement chez vous

 

+ HORS SERIES

 

S’ABONNER

NOS ARCHIVES

ACCES A TOUS
Nos numéros

 

COMMANDER

MEDIA

Shopping cart
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0