Jeu de piste : Sur les traces d’un tueur

Redécouvrir sa ville de manière ludique, c’est ce que propose Laura Limonier avec ses jeux de piste, Rue des Mystères. Nous avons parcouru Lyon, des quais du Rhône au Parc des Hauteurs à la recherche d’indices. Il existe une version à imprimer, très pratique pour tester ces jeux de piste quand on veut. Par Clotilde Brunet

Notre enquête commence 20 quai Augagneur, en face de la péniche La Marquise. Le scénario de “la ficelle des morts” a retenu notre attention avec ses histoires macabres! Il est desti- né aux grands ados et aux adultes mais il existe d’autres thèmes plus légers. Pendant 2h30, nous allons chercher à remplir la mission confiée à Louise, une conservatrice en patrimoine. Nous tenons entre nos mains une lettre envoyée par son ami Edmond, médecin-légiste à l’institut médico-légal d’Ecully. “Ma chère Louise, comme tu as certainement pu le lire dans les journaux récemment, notre ville de Lyon est ébranlée par une série de meurtres toujours non élucidés… ”. L’enquête de la PJ piétine. Edmond sollicite l’aide de Louise et lui transmet son carnet de notes. Autre point crucial qu’il soulève : “En parallèle de ces meurtres, une rumeur enfle dans le Vieux Lyon : l’ancien funiculaire de Saint-Paul aurait été vu de nouveau en fonctionnement…”. La fameuse “ficelle des morts” ! Notre équipe d’enquêteurs prend aussi le temps de découvrir le profil de Louise, la jeune femme de 26 ans parle dix langues différentes. On espère que ces compétences ne sont pas requises car ce n’est pas vraiment notre cas… Nous avons opté pour la version à imprimer du jeu de piste qui permet une grande flexibilité. Il suffit de l’acheter sur le site de Rue des Mystères et d’imprimer le roadbook reçu par mail. On a pu le tester un mardi alors que ces activités, en présence d’un animateur, sont généralement organisées le week-end.

Les suspects
L’équipe de profilage d’Edmond n’a pas chômé, elle avait déjà établi une liste de six suspects aux noms inspirés de vrais criminels. Ils ont rassemblé identités, professions, signes distinctifs et antécédents… Il s’agit d’un document précieux qui nous permettra d’éliminer des suspects au fur et à me- sure de notre enquête. Le roadbook contient de nombreuses archives qui donnent un côté très réaliste à cette petite enquête, même si certaines légendes méritent d’être un peu plus explicites. Cette activité n’est pas réservée aux touristes ou aux nouveaux habitants, les Lyonnais s’aperçoivent qu’ils ne connaissent pas forcément leur ville dans les moindres détails. Sur les quais du Rhône, on apprend par exemple que “de 1850 à 1910, le bateau morgue accueillait ici les corps, le temps de leur identification et, au besoin, de leur autopsie”. Ça contraste avec les péniches-bars amarrées de nos jours! La première énigme, que l’on gardera secrète, relève de l’observation. Il ne faut pas lire les consignes trop vite, au risque de se lancer sur de mauvaises pistes… Mais c’est aussi ce qui est drôle ! 
On rejoint ensuite la Presqu’île et plus précisément le palais de la Bourse. “Le 25 juin 1894, Sadi Carnot, le Président de la IIIe République, en visite à Lyon, est assassiné par un architecte”. Il reste encore une “trace” de ce crime… Nous avons bien tourné avant de la trouver. À plusieurs reprises, nous avons besoin de notre smartphone pour résoudre certaines énigmes. Ça compense le fait de ne pas avoir d’accessoires type loupe ou lampe à lumière bleue comme lors des jeux de piste plus classiques. Il n’y a aucune application à installer, il suffit d’entrer l’adresse d’un site web dans son moteur de recherche.

Place des Terreaux

Nous nous rendons ensuite devant la fontaine Bartholdi. Il s’agit à nouveau d’une épreuve mêlant observation et utilisation de son smartphone. On en apprend davantage sur la période de la Terreur à Lyon. C’est sur la passerelle Saint-Vincent que nous attend l’énigme la plus corsée! En se remuant les méninges, elle n’est pas impossible à résoudre. Sinon, rendez- vous sur le site de Rue des Mystères pour obtenir des indices. Point positif, les indices sont graduels, ils permettent de continuer à chercher et si on ne trouve vraiment pas de découvrir la réponse. En revanche, on a du mal à accéder aux indices sur le site de Rue des Mystères. Il faut cocher “se souvenir de moi” pour contourner ce petit bug qui devrait bientôt être résolu.
Puis direction la place Saint-Paul où il est question de disparitions, avant de grimper la Montée Nicolas Lange et d’atteindre la tour métallique de Fourvière. La Passerelle des Quatre Vents offre une vue imprenable sur la basilique, ça vaut l’effort. Il faut une bonne condition physique pour faire ce jeu de piste de 4,6 km. Sinon, mieux vaut opter pour le scénario “la recette perdue” qui se déroule sur la Presqu’île. À ce stade de l’enquête, le roadbook révèle que “de 1900 à 1938, le tramway en prolongement du funiculaire St-Paul-Four- vière, emmenait les cercueils jusqu’au cimetière de Loyasse”. On peut même entrevoir l’ancienne gare au milieu de la végétation. La fiche des suspects nous permet de déterminer l’identité du criminel. Sauf qu’il s’est enfui et qu’il faut le poursuivre…
Place Saint-Jean
Nous empruntons les escaliers pour redescendre de Fourvière vers Vieux Lyon. L’épilogue est subtil, nous avons résolu l’ensemble des énigmes mais nous ne trouvons pas la conclusion exacte. Peu importe, on s’est bien amusé! Les trois participants sont plutôt habitués aux jeux d’énigmes, “la ficelle des morts” (niveau 3) ne nous a pas posé de difficulté particulière. On craignait un parcours trop classique mais on a appris plein d’anecdotes sur notre ville. À la différence des jeux de piste chronométrés, en concurrence avec d’autres équipes, on a le temps de se concentrer sur les énigmes. Un seul regret, on retrouve deux fois le même mécanisme pendant le jeu de piste… Une fois que l’on a compris comment ça fonctionne, c’est moins fun. Sur le site de La rue des Mystères, “la ficelle des morts” est déconseillée au moins de 15 ans. Il est vrai qu’il est question de dissection, de suicides et d’écartèlement… Mais il n’y a pas d’images. Ça ne nous a pas semblé choquant pour des collégiens. C’est à évaluer en fonction de la sensibilité de chaque ado. Il existe d’autres formules, des box que l’on commande et qui contiennent des outils, des jeux de pistes publics ou privés en présence d’un animateur. De notre côté, on a apprécié cette version à imprimer, idéale pour organiser une activité au pied levé.

www. ruedesmysteres.com Tarifs: jeux de pistes à imprimer 24 euros.

HORS-SERIE

VERSION
NUMERIQUE
Journaux.fr
COMMANDER

ABONNEMENT
Directement chez vous

 

+ HORS SERIES

 

S’ABONNER

NOS ARCHIVES

ACCES A TOUS
Nos numéros

 

COMMANDER

MEDIA

Votre panier
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0