“Je suis assis ici mais mes pensées sont en Afghanistan”

Léa et Ali, réfugiés afghans à Villeurbanne

Après un périple de Kaboul à Paris en passant par Abu Dhabi, 85 réfugiés afghans ont été accueillis à Lyon et à Villeurbanne le 25 août. C’est l’association Forum Réfugiés-Cosi qui a dû rouvrir au pied levé deux sites pour loger ces Afghans, arrivés pour l’immense majorité en famille. Mag2Lyon a pu échanger avec certains d’entres eux dans un lieu tenu secret pour assurer leur sécurité. Reportage. Par Clotilde Brunet 

Les passagers afghans qui ont débarqué dans la nuit du 24 au 25 août à l’aéroport Paris-Charles de Gaulle, avant d’être dirigé vers Lyon pour 85 d’entre eux, ont le point commun d’avoir travaillé avec la France, que ce soit avec l’armée, l’ambassade, des ONG ou des entreprises françaises… Ils étaient devenus des cibles privilégiées des talibans pour cette raison. Forum Réfugiés-Cosi a accepté d’organiser une rencontre avec quelques journalistes à Villeurbanne à condition de ne pas dévoiler les noms et les visages de nos interlocuteurs. Si ces Afghans sont désormais en sécurité, ils ont encore de la famille sur place…La situation a basculé le 15 août avec la prise de Kaboul par les talibans, 20 ans après le renversement de leur régime. La première semaine, les personnes évacuées vers la France ont été logées en région parisienne puis l’accueil a été élargi à d’autres régions. “Les préfets de zone ont pris attache avec les associations en mesure de s’organiser dans des délais très rapides. Il a fallu construire une réponse en 36h, constate Jean-François Ploquin, directeur général Forum Réfugiés-Cosi. 85 personnes sont réparties sur deux sites : l’un, à Lyon, était déjà dédié à l’accueil des demandeurs d’asile mais on était en train de le fermer pour travaux. L’autre a été mis à disposition par la mairie de Villeurbanne. Ces logements étaient vides, il a fallu les remeubler.” En tout, ce sont vingt familles, deux couples et trois ou quatre personnes isolées qui sont hébergées dans la métropole lyonnaise. En dix jours, entre la chute de Kaboul aux mains des talibans, le 15 août et leur arrivée en France, le 25 août, ces réfugiés ont tout quitté, leurs proches, leur travail, leur logement…, pour sauver leur vie. Ils sont arrivés épuisés physiquement et psychologiquement. Certains enfants étaient déshydratés ils avaient du mal à dormir… Sadia Hessabi, une bénévole, elle même arrivée d’Afghanistan il y a 30 ans, raconte ses premières impressions : “Le voyage a été très long pour eux ! Ils sont arrivés avec toute leur vie dans un petit sac. Les enfants en bas âge ne pipaient pas comme s’ils sentaient l’urgence de la situation”.

©DR

Diplômés
Hamid*, 34 ans, confirme les difficultés à accéder à l’aéroport, les nombreux check-points à passer, les dizaines de milliers de personnes massées sur place… Chercheur agronome, titulaire d’un master décroché en Inde, Hamid travaillait pour une entreprise française. En plus, il avait ouvert un institut où il enseignait l’anglais. Un parcours brillant qui suffit à faire de lui “un espion des étrangers” aux yeux des talibans. “J’ai passé 12 ans à l’école, 4 ans à l’université, 2 ans en Inde… J’avais 12 personnes sous ma responsabilité. Mais les talibans ont annoncé que les personnes diplômées toucheraient le même salaire que ceux qui font le ménage…”, s’offusque-t-il en anglais. Le chercheur a laissé derrière lui sa femme et ses trois enfants, de 10 ans, 6 ans et un bébé, parce que son employeur n’a trouvé qu’une place pour lui dans un avion. Déchiré, il vit dans l’espérance de pouvoir faire venir sa famille en France. “Je suis assis ici mais mes pensées sont en Afghanistan”, résume Hamid qui porte un ensemble kaki orné avec des motifs dorés. Il est originaire de la province d’Helmand, au sud ouest de Kaboul, où les talibans sont particulièrement bien implantés. “Les combats ont commencé dans ma province. Après 20 jours, les talibans avaient tout détruit et tué des milliers de gens. J’ai 34 ans et je n’avais jamais vu autant d’horreur !”, se désole le père de famille. Sa femme, professeure de chimie, est retournée dans son école à la fin des combats. Les talibans lui ont intimé l’ordre de ne plus sortir de chez elle si elle voulait rester en vie. Les intimidations et les menaces se sont multipliées… Autre épisode, Hamid revenait du marché, quand un taliban armé lui a conseillé d’arrêter de se raser “comme un étranger” et de trouver un turban… Ce qu’il a fini par faire pour accéder à l’aéroport et quitter son pays. 

Ali*, 59 ans, raconte les mêmes scènes de chaos dans un français parfait : “On a attendu à l’aéroport pendant trois jours, on a rien mangé, on a juste bu parce que des petits garçons vendaient des bouteilles d’eau sur place. Des gens couraient dans tous les sens, ils montaient les uns sur les autres… J’avais peur qu’un de mes enfants tombe et se fasse piétiner. Les talibans tapaient partout !”. Chirurgien et professeur à l’université médicale, Ali a réussi à fuir avec sa femme et ses deux enfants, une fille de 12 ans et un garçon de 11 ans, grâce à une invitation de l’ambassade française. “J’avais des relations très proches avec les Français, surtout du fait des accords de coopération avec les universités françaises. J’ai voyagé plusieurs fois en France, j’ai même habité un an à Lyon plus jeune”, explique-t-il. Sa femme, Léa*, a vécu cinq ans sous le gouvernement des talibans dans les années 90. L’école où elle étudiait avait été fermée… Elle ne voulait surtout pas que ses enfants connaissent le même sort ! Léa, elle aussi médecin, travaillait pour une ONG dans laquelle elle donnait répondait aux questions de jeunes femmes, souvent originaires des villages, via une ligne de téléphone gratuite. Autant dire qu’elle n’aurait pas pu continuer à accomplir cette mission avec les talibans au pouvoir… Désormais, le couple n’a qu’un souhait, que leurs enfants puissent retourner à l’école le plus rapidement possible. Les deux adolescents, scolarisés dans une école internationale à Kaboul, sont bilingues en anglais. 

©DR

Asile
Pendant ce temps, Sadia Hessabi, la bénévole d’origine afghane propose d’aider les journalistes à traduire les témoignages. Installée en France depuis 30 ans, elle a construit une famille ici, lancé le service de traiteur Lyon-Kaboul… Mais elle se souvient des épreuves qu’elle a dû surmonter à son arrivée :  Je suis partie toute seule, à 14 ans, pendant la première période des talibans. On avait avancé l’âge sur mes papiers pour que je puisse prendre l’avion… Il a fallu tout recommencer de zéro, j’habitais dans une maison en Afghanistan, j’étais première de ma classe et tout à coup… Plus rien ! C’est hard, je ne le souhaite à personne”. Elle fait le triste constat de l’histoire qui se répète… “Je suis triste et dégoutée ! 30 ans après rien n’a changé, ça s’est empiré… On peut tout acheter, des joueurs de foot comme des terroristes et ce sont les peuples qui en bavent. Il faut vraiment que ça change ! Moi à ma petite échelle, je ne peux rien faire… Si ce n’est donné un coup de main ici.”

Ces 85 Afghans ont reçu un visa de 15 jours à leur arrivée en France, le temps qu’on leur explique le fonctionnement de la procédure de demande d’asile en France. Si par la suite, ils sont reconnus réfugiés, ils auront le droit de chercher du travail, de se former, de trouver un logement… “Cet épisode géopolitique majeur a permis a beaucoup de gens de se rappeler ce que c’est un réfugié. On parlait des migrants, un terme un peu atténué qui décrit des réalités différentes. Voilà les talibans prennent le pouvoir ! Des gens sont menacés, ils demandent une protection, on leur accorde. Je crois qu’il y a une prise de conscience généralisée de ce que c’est qu’être réfugié et avoir besoin d’un refuge, analyse Jean-François Ploquin, directeur général Forum Réfugiés-Cosi. L’arbre de cet événement soudain ne doit pas cacher la foret de cette question quotidienne. Chaque jour des personnes arrivant d’autres pays, où des crises durent parfois depuis très longtemps. On doit disposer de places d’hébergement suffisantes. Il n’y a rien de pire que de gérer des gens à la rue…”

*Ce sont des prénoms d’emprunt 

EN KIOSQUE

VERSION
NUMERIQUE
Journaux.fr
COMMANDER

ABONNEMENT
Directement chez vous

 

+ HORS SERIES

 

S’ABONNER

VOTRE PUBLICITE

Shopping cart
Il n'y a pas d'articles dans le panier !
Continuer les achats
0